We’re back!

mercredi 14 octobre 2009

Heathrow. Notre 747 est en attente d’une place libre au Terminal 5. Il est rassurant de savoir que certaines choses ne changent pas !

Picadilly Line. Mais, ou est passe le London Paper ? Exit le petit quotidien gratuit et ses comics indispensables. Damned!

La City. Grand soleil. Tiens, une nouvelle tour ! Bon, le petit Italien de Spitalfield market n’a pas disparu, et le vendeur ambulant d’excellent cafe est toujours la, ouf !

Voila, c’est fini… Que dis-je ? C’est reparti ! Redecouvrir (oh, au moins mille choses) Londres et Paris. Revoir les gens qui m’ont manque. Deguster de bons petits plats. Retrouver un vrai lit… Et preparer le prochain voyage ^_^

Restez a l’affut pour quelques articles en retard sur l’Argentine et le Bresil, des cartes, des bilans, des dossiers, des interviews !

Bon je vous laisse, j’ai repere une nouvelle expo a la Tate Modern…

Bolivie

mardi 1 septembre 2009

Apres le Perou, decouvrons Copacabana. Ah, la plage, les palmiers, les bresiliennes en bikini… He la, pas si vite amigo, t’es a 3841 m, toujours au bord du lac Titicaca, il fait froid, tout ce que tu peux mater sont des boliviennes hors gabarit avec cinq ou six jupons, trois ou quatre couvertures en laine de vieille bique sur le dos, un petit chapeau, un fardeau de trente kilos sur le dos, les joues rougies par le froid et le soleil. Bienvenue a Copacabana, Bolivie. Mais tout n’est pas perdu, le coucher de soleil n’est pas mal. Le cote exotique est assure par de sombres pratiques voodoo-animistes : dessins a la cire sur les mur d’une tenebreuse arriere-salle de la cathedrale, et pelerinage avec offrandes arrosees a la biere en haut d’un petit promontoire. Le tout sous le bienveillant regard d’une Sainte Vierge, on ne sait jamais.

Incantations a Copacabana

Incantations a Copacabana

Petite promenade sur la sauvage Isla del Sol. Pas facile de demander son chemin quand on ne parle pas quechua. Enfin je dis ca, mais quand il s’agit de payer les taxes de passage a chaque village, c’est bizarre mais on comprend bien mieux les locaux…

Au beau milieu de l’altiplano, La Paz s’etale de 3000 a 4100 m. L’hallucinante capitale qui colonise les flancs de montagnes enneigees nous sert de base pour explorer les alentours. Tiwanaku, site archeologique pre-colombien. Un trek dans la vallee de Choro, 3 jours fantastiques, de la neige aux palmiers, de 4860 a 1715 m. Meme denivele, cette fois en VTT, via le fameux Camino de la Muerte, ou la pretendue Route La Plus Dangereuse au Monde. Et ce qui nous a pris 3 jours se fait en 3 heures. Entre temps, on se rechauffe quelques jours dans la jungle aux environs de Rurrenabaque : on chasse le sanglier sauvage, joue a tarzan dans les lianes, embete une tarentule de 15 cm de diametre, traque le toucan, s’emerveille devant une colonie d’enormes perroquets, etc.

Raser les murs a La Paz

Raser les murs a La Paz

La Cumbre, juste un peu plus haut que le Mont Blanc

La Cumbre, juste un peu plus haut que le Mont Blanc

Transport de matieres premieres dans la jungle

Transport de matieres premieres dans la jungle

L’article devient long ? Ok j’accelere ! Cap au sud. Potosi et ses mines. Germinal au 21e siecle, mais en mode cooperative. Apres avoir repris des forces a Sucre, la capitale constitutionnelle, le meilleur pour la fin : trois jours fantastiques dans probablement le paysage le plus impressionnant de ce voyage. Du froid, du ciel bleu, un ciel nocturne incroyable. Un desert de sel aux abords d’Uyuni. Du sable. Des cactus. Des geysers. Des sources chaudes. Des lagunes multicolores. Ces merveilles se trouvent au sud ouest de la Bolivie, non loin du Chili.

Froid, sel et ciel bleu, Uyuni

Froid, sel et ciel bleu, Uyuni

Laguna Verde, Bolivie. Et tout pres : Chili, Argentine.

Laguna Verde, Bolivie. Et tout pres : Chili, Argentine.

Bref, un maximum d’aventures et de depaysement pour pas un rond !

Mes photos de la Bolivie et les extras Une Nuit A Rurrenabaque et le (pas si) terrifiant Camino de la Muerte.

¡Hola los amigos! ¿Que tal Europa?

3 semaines au Perou suivirent notre semaine a Cuba…

Arrivee a Lima, la capitale, organisee autour de la place centrale ou Place des Armes, que l’on retrouve dans toutes les villes et villages peruviens. S’y dressent generalement la cathedrale ou eglise de la commune, la mairie ou edifices gouvernemantaux, des magasins. On y trouve souvent une fontaine et surtout des gens exercants diverses occupations : vendeurs ambulants, ecrivains publics munis de leur machine a ecrire, cireurs de chaussure, marchands d’artisanat ou de vetements en laine d’alpaga ou autre mouton…

La petite ville de Pisco et sa boisson nationale du meme nom (egalement la boisson nationale du Chili). Non loin de la, les iles Ballestas ou vivent des miliers d’oiseaux (pelicans, pingouins, cormorans,…) et lions de mer, ainsi que la reserve naturelle de Paracas, desert en bord de mer.

Un peu plus au Sud, Nasca et ses mysterieuses lignes, tracees dans le sol desertique que nul ne sait vraiment dechiffrer…

Apres une bonne nuit de bus, nous quittons la cote desertique pacifique et commencons a decouvrir ce qu’est la vie en montagne pour rejoindre la ville coloniale d’Arequipa, batie a 2300 metres d’altitude dans les Andes peruviennes. Couvents, eglises, cathedrales, musees, momies incas, place des armes,… On ne s’ennuie pas. A noter que la respiration commence a se montrer plus difficile, nous manquons de souffle au moindre mouvement !

Notre acclimatation commence par la traversee de la reserve de Aguada Blanca y Salinas, ou vivent des troupeaux de camelides (lamas, alpagas et vigognes), avec notamment un passage a 4910 metres d’altitude. Pour lutter contre le mal d’altitude, nous machons des feuilles de coca et grignotons des aliments sucres (la bonne excuse pour se gaver de chocolat).
Puis nous gagnons Chivay, ville d’entree du Canyon de Colca, l’un des plus profonds au monde. Magnifique vallee sculptee de cultures en terrasses, contenant des sources chaudes, jalonnee de petits villages tels que Yanque dont les habitations sont construites en adobe (briques de terre battue), sans oublier la croix des condors…

Retour a Arequipa pour repartir a l’assaut du volcan Misti, culminant a 5822 metres. Notre ascension se terminera cependant a notre campement a hauteur de 4600 metres car une tempete de neige nous empechera de repartir a 2h du matin pour la deuxieme partie de cette montee endiablee… Quelle experience unique ! J’ai adore (heureusement, nous avions du materiel adequat et n’avons donc pas trop souffert du froid et des bourrasques).

Enuite direction Cusco et la vallee sacree contenant bon nombre de ruines incas. Je ne citerai que celles qui m’ont le plus marquees : la citadelle de Pisac, le complexe d’Ollantaytambo, la forteresse de Sacsayhuaman et bien sur El Machu Picchu (signifiant « vieille montagne » en language quechua). Nous sommes montes a pied en haut de cette montagne ou fut erigee la cite Inca sacree. Et nous nous sommes memes octroyes l’ascension du Wayna Picchu, du haut duquel la vue sur les montagnes avoisinnantes et le Machu Picchu est splendide… Les villes incas etaient souvent haut-perchees dans les Andes, leur permettant ainsi de ne pas etre decouvertes et attaquees par l’ennemi.

Pour finir, Puno et le lac Titicaca, juche a 4000 metres d’altitude. Les iles Uros ou iles flottantes y sont totalement artificielles et furent originellement concues pour echapper aux Incas. Les iles d’Amantani et de Taquille, iles communautaires, ont conserve leurs us et coutumes tres traditionnels.

En somme, un pays accueillant, des peruviens souriants, une ambiance detendue au son d’une flute de pan omnipresente, des bonnets de laine, des montagnes tres elevees, des paysages desertiques en bord de mer, des femmes aux tresses noires et longues sous des chapeaux, des eglises, des monasteres, le cochon d’inde grille, la truite frite, les pommes de terre, des zones sismiques… Si ca n’est pas le Perou ! J’ai aime ce pays qui vaut le detour, meme si mon coeur penche vers la Bolivie que je decouvre actuellement avec merveille… Moins developpee, moins touristique, plus authentique, plus bordelique…

Le lien vers mes photos ici.

Je vous laisse et vous dis a tres bientot mes amis !

Dela

Cuba

mercredi 19 août 2009

Ron, purros, salsa, chicas, sol, playa… Rhum, cigares, salsa, filles, soleil, plage… Enfin des vacances¹ !

A La Habana, premieres impressions conformes aux cliches. De superbes palais completement delabres assignes en logements. Des mamas s’interpellent du pas de leur porte. Des gamins jouent au foot sur la chaussee. De la musique pleine de cuivres de soleil et d’amour s’echappe d’une fenetre. Une Cadillac defoncee passe tranquillement. Mais une hallucinante absence de petits commerces donne un air etrange aux rues…

Pour faire un peu la fete, direction Trinidad. Petite ville tres mignonne, coloree, et fiesta tous les soirs a la Casa de la Musica. Bon j’avoue, je ne me souviens plus tres bien de cette partie du sejour, il faut dire qu’au bout du 4eme mojito, ma memoire flanche. Pour se reposer de tout cela, petit detour par la plage, et retour a la capitale via Cienfuegos.

L’hebergement ? En casa particulare, chez l’habitant. Une gentillesse incroyable, de bons petits plats, des bons plans du genre j’ai-une-copine-qui-bosse-chez-C*hibas, et une excellente occasion de pratiquer son espagnol !

Et les bagnoles alors ? Evidemment de vieilles americaines paradent sous le soleil, je ne vous apprends rien. Si je vous dis 205, ca vous surprend ? Oui, de bonnes vieilles 205, c’est fou non ? Ainsi que quelques autres vieilleries de chez Peugeot. Quelques petites Fiat, parce que c’est pas cher… Et un bon paquet de Lada, datant de l’epoque ou l’URSS financait l’ile.

Et les cubains ? Tranquilo. Logement, education, et sante garantis. Et soleil, ca aide. Mais bon… logements en ruine, education sans debouches, nourriture rationnee, et pas trop le droit de l’ouvrir. Quelques collectifs commencent a soumettre des projets de reforme en vue d’une timide et progressive ouverture, a suivre !

Bref, encore un enorme coup de coeur… Des que mes pas de salsa sont au point (hum) j’y retourne. Ou sinon pour une visite chez Partagas, ratee cette fois-ci. Ou encore pour decouvrir un peu le cote nature de l’ile, du cote de Viñales. Et surtout avant que tout ne change. Remarquez, avec le recent retour du barbu, tout ca peut encore durer un peu…

Toutes les photos

Notes de bas de page…
¹Aie, non, pas la tete !

Avis aux lecteurs

mercredi 19 août 2009

Nous esperons vivevement que le recent penchant a la paresse qui affecte depuis peu l’equipe de redaction ne nuira pas trop a la lecture de leurs aventures. La paresse n’etant pas repartie equitablement dans l’equipe, certains articles paraissent avant d’autres, aussi nous vous encourageons a aller fouiller un peu plus bas. Pas trop bas non plus hein, on ne veut pas que nos lecteurs se blessent.

Par exemple, un recent article sur le Japon vient de faire son apparition tardive, tout en respectant l’ordre chronologique. Vous ne suivez plus ? Pas grave, moi non plus. Au pire, la page Toutes Les Photos vous permet d’imaginer vos propres articles sur les pays que nous visitons. Un peu comme un tour du monde dont vous etes le heros. Bon, j’arrete, c’est vraiment pas le Perou ce site !

Dela 26 – I love Mexico!

jeudi 30 juillet 2009

Ok ok des nouvelles !!! Tout va tres bien pour nous et l´equipe est a nouveau au complet ! En ce moment nous nous les pelons au Perou, apres le Japon, le Mexique, et Cuba… Mais nous detaillerons cela lors de prochains articles (qui je l’espere seront publies avant notre retour… Il faut dire qu’apres plus de 9 mois de voyage, nous commencons a devenir heu flemmards quant aux mises a jour de notre cher blog… Oups).

Alors le Mexique… Sans aucun doute un de mes pays favoris. Une culture eblouissante, des gens adorables, une chaleur latine qui fut la bienvenue apres avoir vagabonde pendant pres de 6 mois en Asie. Et quel plaisir que de pouvoir communiquer avec les locaux dans leur langue ! Car nous avions tout de meme un peu potasse notre espagnol lors de nos longues heures de transport… Adios le riz, hola le mais ! Bye bye le rice wine, hello la tequilla et le mezcal ! Au revoir l’Asie, bonjour l’Amerique latine !

Arrivee a Mexico apres 16 heures de vol depuis Tokyo. Je me suis tout de suite sentie comme a la maison dans la capitale, videe de ses touristes en raison du virus H1N1; le moment etait donc parfait pour visiter le pays !

La Ciudad de Mexico est une ville assez agreable avec son centre historique, le quartier des artistes de Coyocan, le metro, des magasins, et notre ami Seb qui nous a fait decouvrir la ville et rencontrer ses amis.

A 40 km de la, se trouve Teotihuacan, ancienne capitale impressionnante, emplie de croyances et cultes. On y trouvait des quartiers bien distincts, des centaines de temples et surtout les pyramides du Soleil et de la Lune… Un site archéologique grandiose !

Puis nous avons pris la direction de Puebla, 4eme plus grande ville du pays. Y sont construites de tres nombreuses eglises et cathedrales. L’architecture des batiments, datant de l’epoque coloniale, est ravissante. C’est dans cette ville que nous avons assiste a des combats de lucha libre, sorte de catch mexicain qui est tres populaire !

Cholula, petit village situe pres de Puebla, contient une des plus grandes pyramides du monde, lieu de culte de nombreuses civilisations successives : Epatlans, Azteques, Zapoteques, Olmeques, Mayas,… Elle est cependant meconnue, etant dissimulee sous une colline naturelle… au sommet de laquelle les conquistadors espagnols construisirent une eglise !

Nous avons par la suite visite Palenque, cite Maya la plus grande du Mexique, contenant de nombreux palais, pyramides, temples, habitations… Encore un site epatant par la richesse de son histoire !

San Cristobal de Las Casas, capitale de l’Etat de Chiapas, est sans hesitation la ville mexicaine que j’ai preferee. L’architecture coloniale de ses edifices lui confere un charme exceptionnel. Comme dans toutes les villes du pays, on y trouve la place Zocalo (place centrale), et de nombreuses eglises. Ses habitants sont cordiaux et n’ont rien perdu de leur culture, beaucoup portant les habits traditionnels colores et vendant les produits artisanaux qu’ils confectionnent. L’atmosphere y est detendue et tres agreable.

A quelques kilometres seulement, se situe San Juan Chamula ou vit une communauté Tzotzil, peuple indigene de la region. Les rituels qui sont pratiques dans l’eglise de ce village sont stupefiants. Des l’entree dans ce lieu de culte, j’ai ete saisie par une atmosphere incroyable… De la fumee flotte partout, provenant des centaines de bougies et batons d’encens poses a meme le sol. Un bourdonnement incessant se fait entendre de tous cotes, produit des incantations et des chants recites par les croyants. Des epines de conniferes sont eparpillees partout par terre. Les statues representant des saints vetus de vrais vetements sont fleuries tout autour de la piece centrale. Les croyants pratiquent leur culte agenouilles, en petit groupe, pendant des heures, et font des offrandes de boissons gazeuses type coca-cola et d’eau… voire de poulets qui sont agites pendant les prieres puis etrangles dans l’eglise ! On peut dire que c’est une veritable fusion entre les croyances des peuples indigenes datant d’avant la conquete espagnole et la religion catholique importee par les colons… Interessant et irreel !

Apres cela, quelques jours a la plage de Puerto Escondido, histoire de profiter de la cote pacifique. 😛

Suivit une etape a Oaxaca, autre grande ville coloniale du Mexique, depuis laquelle nous avons visite Monte Alban, ancienne capitale zapoteque contenant temples, tombes et pyramides. Nous nous sommes egalement promenes dans les petits villages des vallees avoisinantes.

Enfin Tepoztlan, petit village tranquille encre dans un paysage montagneux pittoresque, et domine par la pyramide du Tepozteco.

Mes photos sont visibles ici.

Et je vous dis a tres vite pour la suite de nos aventures…

Dela

Japon

mercredi 1 juillet 2009

Apres plusieurs mois a ecumer l’Asie du Sud Est, retour a la civilisation. Et ca me plait. Enormement. Details de mes perigrinations ferrovieres a grande vitesse :

Tokyo. J’encaisse le choc. Bonne surprise, les touristes sont choyes : nul besoin de se farcir un crash-course en hiragana, katakana ou kanji, beaucoup d’indications sont en anglais. Alors que mon ipod fait le bonheur d’un chauffeur de taxi thai depuis quelques mois, je passe deux heures a me remplir les oreilles de musique (merci Tower Records). Premiers ramens. Soiree avec deux jeunes japonais sympas rencontres au Cambodge. Un de leur pote m’accompagne le lendemain pour une journee excursion a Yokohama. Il faudrait redefinir l’adjectif accueillant.

Kyoto. Visiter un joli temple se merite. Sortir par la gare bien moche (ne pas se retourner pour la regarder, c’est pire). Louer un velo. Se faire diriger vers un parking payant. Se glisser dans un dense flux touristico-pieton-mangeur-de-glace. Enfin, s’enfiler une serie de jolis chateaux et temples dans de jolis jardins. J’ai reussi a m’enfuir par la colline qui surplombe le tout, le temps d’une promenade meditative fort bienvenue. J’avoue, une journee ne fait pas justice a la ville, il faudra revenir dans de meilleures conditions (avec une guide japonaise par exemple).

Hiroshima. Petite lecon d’histoire au Peace Memorial Museum. Repliques des (nombreux) telegrammes envoyes par le maire aux Chefs d’Etats a l’occasion de chaque nouvelle explosion nucleaire sur cette planete. Le tout est tres emouvant.

Okayama. Envie de concert ce soir. J’interroge le staff de Tower Records. Vingt minutes plus tard (les japonais ne sont pas tres forts en anglais), Kyoko,  charmante jeune vendeuse, m’accompagne dans un petit club underground (Pepper Land, since 1974) ou un copain a elle se la joue Hot Chip en solo. Programme tres ecletique. C’est presque plus branche qu’a Londres !

Naoshima. Toujours en compagnie de Kyoko, visite a velo d’une ile envahie de musees et projets d’art contemporain. Vivifiant pour les poumons et l’esprit.

Osaka. Toujours en manque de musique. Direction le genial petit club unagidani sunsui pour une performance de Based On Kyoto, et Soft, electro-jazz delirant qui debarque sur scene vers 3 heures du mat. Je revis !

Takayama. Apres une bonne dose d’urbanisme fou, direction les alpes Niponnes. Un petit Onsen pour se delasser. Dans sa forme rotenburo pour etre precis, source chaude en plein air. Pour reprendre des forces, et en attendant l’Argentine, petit regal avec un bon steak de Hida beef.

Et enfin, retour a Tokyo pour retrouver le Reste De l’Equipe apres une longue periode solo ! Au programme (culinaire) : des sashimis tous frais a Tsukuji, le plus gros marche au poisson au monde, et une bonne platree d’okonomiyaki dans une galerie d’art contemporain.

Shibuya Crossing. Le plus celebre passage pieton (japonais?) au monde.

Shibuya Crossing. Le plus celebre passage pieton (japonais?) au monde

Narcolepsie precieuse dans un univers affolant

Narcolepsie precieuse dans un univers affolant

Thon bien triste et seul apres les encheres

Thon bien triste et seul apres les encheres

Art de rue, tendance manga

Art de rue, tendance manga

Bref, I ♥ Japan. J’y retourne. Pour ce qui me manque : okonomiyaki, les gens gentils, le cote hyper-branche et pour un milliard de petits details. Pour ce que je n’ai pas vu pas fait : les iles tropicales, le boeuf de Kobe, les parcs nationaux, skier dans les Alpes…

Toutes les photos Japon

(private joke re: links 😉 @ alex)